Auriculo-réflexologie

Alain Rousset

Alain Rousset

Réflexologue

La technique

C’est une réflexologie par l’oreille, une technique qui consiste à utiliser le pavillon de l’oreille à des fins thérapeutiques. Le réflexologue agit par des points réflexes. La stimulation d’un point agit, par voix réflexe et par l’intermédiaire du système nerveux, sur l’organe correspondant… Ces stimulations se pratiquent par micro-massages, micro-courants électriques ou champs magnétiques.

Les points d’auriculo-réflexologie ne se détectent, par un stylet métallique, que lorsque les organes correspondants souffrent de façon fonctionnelle ou organique.

Domaines d’action

L’auriculo-réflexologie est une aide pour le traitement de la douleur aiguë, des dépendances diverses (drogues, cigarette, boulimie sucrée, anorexie), de la prise de poids, asthme, allergies, stress, dépression, acouphènes, hémorroïdes, spasmophilie, problème d’origine nerveuse, digestive, endocrinienne, ostéo-articulaire Cette technique donne des résultats intéressants et parfois spectaculaires. Elle commence à être utilisée dans le cadre des hôpitaux, principalement pour lutter contre les fortes douleurs.

Historique

Dans l’année 1951, le docteur Paul NOGIER à reçu dans sa consultation un patient qui lui a raconté qu’il était guéri d’une douleur sciatique grâce à une cautérisation à l’oreille pratiquée par une guérisseuse à Marseille, Madame BARRIN. Muni de cette observation Paul NOGIER a examiné le pavillon d’oreille et essaya de comprendre comment cette guérison étrange a pu se produire. Il lui a fallu plus de trente ans pour comprendre les mécanismes présentés par le pavillon de l’oreille.

Véritablement fondée en 1957 par le médecin lyonnais Paul Nogier, l’auriculothérapie révèle que chaque oreille est un “écran” où se projettent toutes les zones du corps. Cette technique est basée sur l’idée que l’oreille est le reflet du corps, la forme de l’oreille, évoque un fœtus inversé, le lobe de l’oreille représentant la tête. Les différents viscères sont distribués sur l’ensemble de l’oreille et le praticien cherche à stimuler ces différents viscères par l’usage de petites billes laissées à demeure, aux endroits correspondants aux organes à traiter.

La cartographie des points d’acupuncture de l’oreille, publiée en 1957 par Paul Nogier recensait 42 points. Elle sera enrichie de plus de 150 autres, avec l’aide des chercheurs chinois, dans les années 70.

Cette technique ne se substitue en aucun cas, ni à un suivi médical, ni à un traitement médical.